Créez vos propres tests maison pour mieux embaucher

Nous avons vu récemment les 7 avantages des tests maison pour mieux recruter. Voyons maintenant comment créer un bon test maison, étape par étape.

Confiance entrevue embauche


Comment réussir ses tests maison pour mieux embaucher ?

Un test maison doit coller autant que possible à une situation réelle du poste. Il doit aussi être…

  • court : maximum 20 minutes pour une personne relativement lente
  • facile et court à expliquer
  • TRÈS facile à comprendre et à réaliser par le candidat : pour tenir compte du stress et de son manque de connaissance du contexte
  • léger à implanter et à gérer
  • simple à interpréter : les résultats seront clairs et utiles
  • testé sur plusieurs personnes avant de l’utiliser comme outil de sélection.

Plus le test sera près de la réalité d’un poste, plus il a de bonnes chances de bien prédire si un candidat sera bon dans son travail. Bien sûr, ce n’est pas le seul point à valider, donc l’entrevue a toujours sa place.


Étapes pour créer un test

Avec si possible quelques «experts» du poste :

  1. Choisir une ou deux compétences de base cruciales pour le poste, entre autres celles qui sont difficiles à évaluer autrement : habiletés manuelles, connaissances ou compétences techniques (programmation, dessin, traduction, comptabilité…)
  2. Déterminer comment on peut voir ces compétences chez une personne qui les maîtrise bien, ex : pour évaluer les compétences en fabrication de fenêtres, ce pourraient être des compétences en calcul, en conversion des mesures du métrique à l’impérial, etc.
  3. Identifier une situation réelle permettant d’évaluer les compétences recherchées, dans un contexte réaliste, ex. calculer des longueurs de bois à découper sur un banc de coupe poussiéreux.
  4. Faire le test soi-même plusieurs fois, en notant soigneusement chacune des étapes et en mesurant le temps nécessaire pour le faire.
  5. Rédiger l’explication du test et valider la compréhension auprès d’au moins deux personnes connaissant bien le poste.
  6. Valider le test auprès d’employé·es autant expérimenté·es que récemment embauché·es. Ajuster au besoin.
  7. Implanter le test. Après la première ronde d’entrevues, ré-évaluer les durées, la difficulté, les résultats obtenus… Bref : est-ce que ce test aide vraiment à prédire la qualité des candidat·es ?


Trucs pour réussir

  1. Pour bien identifier les compétences importantes, on peut regarder les causes de fin d’emploi dans les premiers mois d’emploi, en prenant compte du contexte autant que possible, ex. difficultés à faire du multitâches, à travailler dans la poussière.
  2. Sensibilisez les personnes qui auront à créer le test. En effet, des employé·es d’expérience connaissent bien le travail, les équipements, le contexte. Un test qui semble facile pour eux pourrait faire échouer la majorité des candidat·es rencontré·es. Et nous n’avons même pas parlé du stress intense vécu durant les entrevues.
  3. Commencez par établir un test qui vous semble moins de la moitié de ce qu’un ou une candidate moyenne pourrait réussir, et qui prendrait 8 à 12 minutes à effectuer.
  4. Choisissez la façon la plus simple pour évaluer une compétence, avec peu d’étapes et peu d’ambiguïté possible au niveau de l’évaluation.
  5. Si vous ajustez ou modifiez le test, prenez soin de «tester le test» à nouveau avec vous-même et vos employé·es cobayes.

Pour être au courant des prochain billets du blogue, abonnez-vous à notre infolettre RH !